Après une longue et laborieuse course d’endurance, c’est avec une grande émotion que nous avons obtenons finalement le maintien sur le territoire français d’Abdul-Hadi Yasuev.
C’est une émouvante victoire que nous peinons encore à réaliser, mais pourtant bien réelle. Grâce au soutien notamment de la Drac Grand-Est et de nos partenaires du champs de la culture, nous avons pu continuer pendant ces deux années, sans trêve,à créer tant qu’à nous défendre, en deçà de tout obstacle ; mais surtout nous n’avons cessé de croire vaillamment en la justice de notre démarche.

Et nous y sommes enfin.
La préfecture du Bas-Rhin s’est finalement prononcée pour prendre en charge la demande d’asile d’Abdul-Hadi en France,indiquant ainsi que la menace d’expulsion n’aurait plus lieu.Abdul-Hadi s’est alors vu régularisé, le 21 juin dernier, pour le changement de sa procédure de demande d’asile : c’est ainsi que la France devient aujourd’hui responsable de sa demande d’asile. 
Bien-sûr c’est encore le début de beaucoup de choses à poursuivre et la course est encore loin d’être terminée,néanmoins sans craindre l’éloignement, et avec la garantie de poursuivre son activité de création en sécurité sur le territoire jusqu’à pouvoir obtenir l’asile et la protection internationale.
Abdul-Hadi engage aujourd’hui les démarches pour son entretien à l’OFPRA, mais aussi pour le rétablissement de ses droits,et nous préparons ensemble la suite de nos chantiers de création avec beaucoup d’enthousiasme et un élan tout neuf, que nous aurons plaisir à vous partager prochainement.
Karma prend aujourd’hui tout son sens, tout ceci rendu possible grâce à vous, au pouvoir d’action de l’art et à la force de nos égrégores.

Cynthia Montier & Abdul-Hadi Yasuev